L’actualité médicale de la semaine du 24 au 28 octobre

Actualités | Publié le 31/10/2022 | Modifié le 05/01/2023

Le variant BQ.1.1 progresse en France, grève des laboratoires d'analyses … Nous avons récapitulé pour vous les actualités médicales de la semaine du 24 au 28 octobre dernier.

Le variant BQ.1.1 progresse en France

Détecté en septembre, le nouveau variant d’Omicron, BQ1.1, se propage en France. BQ.1 et BQ.1.1 représentaient 19 % des contaminations en France entre le 3 et le 9 octobre. La France est le pays d’Europe le plus touché par ce variant. En ce qui concerne les symptômes, il s'agirait de maux de ventre, diarrhées ou encore de vomissements. Cependant, rien ne prouve pour le moment qu’ils ne sont pas liés à d’autres maladies.

La puff : la cigarette électronique jetable

Commercialisée en 2021 en France, la Puff est une cigarette électronique jetable venue tout droit des Etats-Unis. Pastèque, marshmallow, raisin glacé… tous ces goûts semblent attirer les jeunes adolescent.es. 13% des 13-16 ans ont déjà essayé la Puff, pourtant interdite aux mineurs. En plus d’inciter les jeunes à consommer de la nicotine, la Puff composée d’une batterie et de plastique jetable pose un problème environnemental flagrant. Suite au succès de ce produit, l’ACT-Alliance contre le tabac réclame l’interdiction immédiate de ce produit.

Les enfants et les jeux vidéos : une meilleure performance cognitive

Même si des travaux ont déjà relevé que les jeux vidéos augmenteraient la dépression et les comportements agressifs chez les enfants, ils ne présenteraient pas que des points négatifs. En effet, une étude publiée lundi 24 octobre dans la revue médicale américaine JAMA Network Open indique que les enfants jouant aux jeux vidéos auraient un développement cognitif du cerveau plus avancé que les autres.

Grève des laboratoires d'analyse

Mercredi 26 octobre, les biologistes ont annoncé cesser d'alimenter le fichier national des tests de dépistage du covid. La raison : la Sécu leur demande de réaliser 250 millions d'euros d’économie par an, jusqu’en 2026, sur l'enveloppe des actes courants. "Devant la surdité des pouvoirs publics, nous avons décidé de suspendre la transmission des données de dépistage sur la plateforme SI-DEP à partir du 27 octobre", a expliqué à l'AFP le président de l'Alliance pour la biologie médicale, Alain Le Meur. Le suivi de l’évolution de l'épidémie sera donc impacté. Les biologistes se disent prêt.es à aller plus loin, jusqu'à "une grève si le gouvernement ne (les) comprend pas".

Agnès Buzyn, ex-ministre de la Santé prend la parole

Presque 3 ans après le début de l’épidémie, Agnès Buzyn revient sur son expérience en tant que ministre de la Santé. Elle affirme avoir vu l’épidémie venir et en avoir informé le gouvernement, qui ne semblait pas la prendre au sérieux : « Bien sûr, c’est facile de dire après j’avais tout vu. Ce qui est certain, c’est que j’avais un pressentiment, et tout le monde me disait que j’étais folle ».

Doctolib : la plateforme s’apprête à exclure 5 700 praticien.nes du "bien-être"

Fin août 2022, de nombreux.ses profesionnel.les de santé avaient alerté Doctolib sur des particien.nes plutôt douteux.ses, ne disposant pas d’un numéro RPPS ou Adeli. Ainsi, depuis le 26 octobre, la plateforme annonce ne plus référencer ces dernier.es. Au total, 5?700 praticien.nes vont se voir disparaître de la plateforme. « Il s’agit des praticiens qui ne sont pas référencés par les autorités de santé, qui n’ont plus leur place sur Doctolib, comme les hypnothérapeutes, les naturopathes ou les psychanalystes », Arthur Thirion, directeur France de Doctolib.